Un essai clinique est composé de quatre phases. Après la phase 1, servant à tester la sécurité du traitement, la phase 2 permet d’utiliser la dose la plus adaptée et de tester l’efficacité du traitement sur une centaines de personnes. Ensuite, la phase 3 est une étape comparative pour étudier l’efficacité du médicament sur plusieurs milliers de personnes. En effet, on divise les patients en deux groupes. L’un reçoit la molécule tandis que le deuxième reçoit un placebo.

Explications du déroulement des essais cliniques sur la maladie d'Alzheimer

Tout au long de l’essai, un suivi important et régulier est mis en place. Plusieurs consultations et examens sont ainsi effectués.

Les patients malades d’Alzheimer bénéficient d’un suivi très spécifique : bilan sanguin, tests neuropsychologiques, IRM, analyse du liquide céphalo-rachidien et/ou imagerie PET-amyloïde (permettant de mesurer et de suivre l’évolution des biomarqueurs de la maladie).

 

L’IRM

Il s’agit d’une imagerie structurale, imagerie par résonance magnétique, permettant de voir le cerveau et donc son atrophie potentielle. Les médecins s’attachent à regarder principalement la région de l’hippocampe qui est celle de la mémorisation, l’atrophie du lobe temporal médian (qui est un marqueur du développement de la maladie d’Alzheimer) et l’amygdale (région essentielle pour ressentir et percevoir certaines émotions). Grâce à l’IRM, il est possible d’obtenir des vues en deux ou trois dimensions du cerveau.

La TEP ou PET-scan

La TEP est une imagerie fonctionnelle mesurant le dysfonctionnement métabolique du cerveau.  Elle consiste en réalité à l’injection d’un produit chez le patient. Le composé se fixe ainsi au cerveau. La TEP-amyloïde permet de visualiser les plaques amyloïdes, impliquées dans la maladie d’Alzheimer.

Pour le moment, seule la TEP-amyloïde est opérationnelle. La TEP-tau devrait bientôt être disponible afin de quantifier les dégénérescences neuro-fibrillaires en visualisant les lésions tau dans le cerveau.

Rappel : La maladie d’Alzheimer est caractérisée par deux types de lésions, les lésions amyloïdes et les lésions tau ou dégénérescences neuro-fibrillaires.  Si le patient présente ces deux types de lésions, alors le diagnostic de maladie d’Alzheimer peut être posé.

Le LCR

L’analyse du Liquide Céphalo rachidien (LCR) est proposée aux personnes dont le diagnostic reste hésitant ou atypique, comme par exemple pour les patients jeunes. L’analyse du LCR peut également être demandée lors d’un essai clinique, pour s’assurer de la présence des protéines contre lesquelles on est en train de développer des médicaments. Il s’agit du liquide entourant le cerveau et la moelle épinière. Grâce à lui, il sera possible de quantifier les protéines amyloïdes et tau dont le dosage permettra de préciser le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

Retrouvez nos autres articles :

Comprendre les 4 phases d'un essai clinique ?

Comprendre les essais cliniques Alzheimer

Le développement d’un nouveau médicament doit nécessairement être testé chez l’homme avant d’envisager une quelconque commercialisation. L’essai clinique est donc primordial. Il se déroule en quatre phases qui vont contribuer à mettre au point un traitement efficace et sûr.

Que teste-t-on lors d’un essai clinique ?

Tests_essais_cliniques

Tous les essais cliniques portent sur des aspects différents de la maladie. Il peut s’agir d’essais cliniques de prévention, de molécules … Pour mieux comprendre la différence, voici quelques exemples.

Je souhaite recevoir de l’information sur la maladie d’Alzheimer :