Il faut en général attendre entre 10 et 15 ans de recherche pour voir un premier traitement mis sur le marché. De nombreuses années sont nécessaires aux scientifiques pour mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et tester de nombreuses hypothèses. Il s’agit de la phase de recherche fondamentale et pré-clinique.

De l'importance de participer à un essai clinique pour la recherche

La recherche clinique permet de faire bénéficier aux malades des avancées de la recherche fondamentale. Sans recherche fondamentale et pré-clinique, la recherche clinique ne peut exister. Aucun médicament ni aucun traitement innovant ne pourraient alors voir le jour et être proposés aux malades.

C’est la raison pour laquelle, la Fondation Vaincre Alzheimer s’attache à financer la recherche fondamentale et pré-clinique tout en sensibilisant aux essais cliniques. Grâce à elle, 60 projets de recherche ont été financés et près de 4,5 millions d’euros ont été investis.

 

La Fondation Vaincre Alzheimer finance actuellement un projet très prometteur du Dr Sylvie Clayesen, mené en collaboration avec l’équipe de pharmacochimistes des Professeurs Patrick Dallemagne et Christophe Rochais de l’Université de Caen (Centre d’Etudes et de Recherche sur le Médicament de Normandie).


Le Dr Sylvie Claeysen, chargée de Recherches à l’Inserm et à l’Institut de Génomique Fonctionnelle (IGF) de Montpellier, vous explique son projet de recherche et ses avancées

 

Fondation Vaincre Alzheimer : En quoi consiste votre projet ?

Dr Sylvie Claeysen : « Nous ne connaissons toujours pas l’élément déclencheur de la maladie d’Alzheimer et les médicaments actuellement commercialisés n’agissent que sur les symptômes, sans stopper la mort des neurones. Ainsi dans un premier temps, l’urgence est d’arrêter la progression de la maladie. Notre étude permettra de montrer si agir sur les symptômes en protégeant la mémoire et agir en même temps sur les causes en protégeant les neurones peut ralentir la progression de cette terrible maladie. Pour les patients ce serait déjà un bénéfice énorme si nous parvenions à contenir l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Cela pourrait notamment permettre aux personnes atteintes de rester chez elles et d’éviter le placement en maisons médicalisées qui devient indispensable quand la maladie atteint des stades avancées. »

 

Fondation Vaincre Alzheimer : Où en sont vos recherches actuellement ?

Dr Sylvie Claeysen : « Le donécopride est en phase préclinique. Nous compilons actuellement une première série de tests de toxicité, de sureté et d’efficacité qui sont indispensables avant d’envisager des essais du composé chez l’homme. Du point de vue fondamental, nous poursuivons nos efforts pour ajouter une troisième activité à nos molécules. L’action sur une troisième cible permettrait de renforcer encore l’efficacité thérapeutique.

Si les tests précliniques effectués sur le donécopride sont concluants (les premiers retours sont déjà très prometteurs), nous pourrons alors nous diriger vers le montage d’un essai clinique de phase 1. Ces essais cliniques seraient alors réalisés par un Centre d’Investigation Clinique agréé. Nous envisageons de créer une société dédiée qui prendrait en charge le développement clinique du donécopride. »

 

Fondation Vaincre Alzheimer : Comment la Fondation a permis à vos recherches d’avancer ?

Dr Sylvie Claeysen : « La Fondation a joué un rôle essentiel en étant à nos côtés au tout début de cette aventure. En effet, au début du projet beaucoup d’agences de financement jugeaient à cette époque celui-ci trop risqué pour nous accompagner. La Fondation nous a soutenu par une première subvention nous permettant de générer et de caractériser le donécopride. La Fondation nous a ensuite renouvelé son soutien en nous permettant de recruter une étudiante en thèse à l’interface chimie-biologie qui réalise à présent les molécules à triple activité. »

 

Fondation Vaincre Alzheimer : Souhaitez-vous adresser un mot à nos donateurs ?

Dr Sylvie Claeysen : « Je souhaite leur adresser un immense merci! Les donateurs de la Fondation sont à l’origine de cette quête scientifique vers une solution thérapeutique pour la maladie d’Alzheimer. Leur soutien a concrètement produit un candidat médicament contre cette pathologie et nous permet de continuer l’exploration de la piste stratégique d’une intervention à plusieurs niveaux pour ralentir et stopper la progression de la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs, je voudrais dire aux patients que nous pensons à eux et que nous travaillons pour eux avant tout. Nos pensées vont aussi vers les aidants et les familles (dont les nôtres) qui sont touchées par la maladie d’Alzheimer. Notre énergie et notre créativité de recherche est tournée vers cet objectif auquel nous aspirons tous : Vaincre Alzheimer ! »

Retrouvez nos autres articles :

Essais cliniques : pour soutenir malades et proches dans leur combat contre la maladie

La Fondation Vaincre Alzheimer partage les témoignages de personnes malades qui ont souhaité entrer dans un essai clinique.

Je souhaite recevoir de l’information sur la maladie d’Alzheimer :