Tous les essais cliniques portent sur des aspects différents de la maladie. Il peut s’agir d’essais cliniques de prévention, de molécules … Pour mieux comprendre la différence, voici quelques exemples.

Tests_essais_cliniques

Les essais cliniques de prévention

 

Depuis déjà plusieurs années, la recherche sur la prévention est passée à l’aire de l’intervention multidomaine. De grands programmes de prévention ont ainsi vu le jour un peu partout en Europe. « Du fait de l’origine multifactorielle de la maladie d’Alzheimer, une nouvelle stratégie préventive prometteuse qui combine plusieurs facteurs a été mise en place » explique le Dr Maï Panchal, Directrice scientifique de la Fondation Vaincre Alzheimer. En effet, ces nouveaux essais testant plusieurs facteurs simultanément vont permettre d’observer un effet protecteur de la maladie d’Alzheimer, en témoignent l’étude MAPT en France ou encore l’essai FINGER en Finlande.

 

L’étude finlandaise FINGER

Cette étude, menée par le Prof. Miia Kivipelto en Finlande, teste l’effet de la stimulation de la mémoire, l’activité physique, la nutrition et une meilleure gestion du risque cardio-vasculaire. Cette recherche appelée « intervention multidomaine », incluait 1260 personnes âgées de 60 à 77 ans ayant un risque élevé de développer une démence.

Après deux ans de recherche, les derniers résultats montrent une augmentation du risque du déclin cognitif de 30% pour le groupe qui n’a pas bénéficié de l’intervention multidomaine. L’intervention multidomaine semble donc être bénéfique pour améliorer la cognition. Il a également été montré des bénéfices fonctionnels : les sujets du groupe d’intervention multidomaine améliorent leur mobilité et leur qualité de vie.

Les chercheurs ont également montré que cette intervention multidomaine sera bénéfique pour la grande majorité de la population vieillissante car ses bénéfices sont indépendants du statut socio-économique, des facteurs de risque vasculaires et de l’état cognitif de base des personnes.

De plus, les chercheurs ont montré un vrai bénéfice pour les personnes porteurs du facteur de risque génétique connu de la maladie d’Alzheimer (ApoE4). Tous ces résultats sont donc très encourageants.

 

L’étude française MAPT

Menée par le Dr Bruno Vellas en France, l’étude MAPT a eu pour objectif de déterminer si la mise en place de plusieurs mesures préventives pouvait protéger des personnes âgées ayant une plainte de la mémoire ou une limitation dans une activité de la vie quotidienne . Pendant trois ans, les chercheurs ont étudié les effets de d’une intervention multidomaine (stimulation de la mémoire, activité physique, conseils nutritionnels) associée ou non à une supplémentation journalière en oméga 3 sur 1680 personnes âgées de plus de 70 ans.

L’étude MAPT confirme ainsi l’effet positif de l’intervention multidomaine chez des personnes à haut risque de développer la maladie d’Alzheimer en permettant la prévention d’un déclin des fonctions cognitives. « L’intervention multidomaine isolée ou associée à une prise d’Omega 3 donne des résultats positifs, alors que la supplémentation en Oméga 3 seule n’a pas d’effet. » explique le Dr Vellas. « Ces résultats corroborent ceux de l’étude FINGER » explique le Dr Maï Panchal, avant d’ajouter qu’« ils doivent cependant être confirmés dans d’autres essais ».

Toutes ces recherches constituent de réels espoirs pour les patients et leurs familles. « N’oublions pas toutefois qu’en élaborant ces essais de prévention aujourd’hui, dont le développement sur le plan méthodologique est un vrai défi, nous n’en verrons les effets véritables que dans 15 ans. » souligne le Dr Panchal. Il faudra ainsi s’armer de patience pour pouvoir modifier et affiner les protocoles de recherche pour les essais futurs.

 

Les essais cliniques pour une approche curative

 

La maladie d’Alzheimer se caractérise par la formation de deux types de lésions dans le cerveau : les plaques amyloïdes formées par l’accumulation de la protéine Beta-amyloïde à l’extérieur du neurone, et les dégénérescences neurofibrillaires formées par l’accumulation de la protéine tau modifiée chimiquement à l’intérieur des neurones.

Les essais cliniques ayant une approche curative de la maladie d’Alzheimer s’attachent principalement à éliminer l’une ou l’autre de ces lésions. Toutefois, comme le rappelle le Dr Sylvie Claeysen, dont le projet est en cours de financement par la Fondation Vaincre Alzheimer, «  la maladie d’Alzheimer est complexe et multifactorielle. Nous pensons que pour avoir un impact thérapeutique et ralentir, voire stopper, la progression de la maladie il faut agir en même temps sur plusieurs cibles impliquées dans la pathologie. C’est un peu comme dans le contexte du SIDA où la trithérapie (association de 3 médicaments) est parvenue à diminuer la charge virale à des niveaux indétectables, permettant aux patients d’avoir une vie quasiment normale. Nous souhaitons donc proposer une intervention multiple contre la maladie d’Alzheimer en associant trois principes actifs (3 médicaments) mais dans une seule molécule. »

Actuellement, une molécule particulièrement prometteuse, l’aducanumab, est en cours d’essai clinique. Celle-ci serait à l’origine de la réduction des plaques amyloïdes chez les patients à un stade précoce de la maladie. Elle viendrait ainsi stabiliser le déclin cognitif chez ces personnes. Bien que la prudence reste de mise, car la molécule a pour le moment été testée chez très peu de patients, la réduction constante des plaques amyloïdes dans le cerveau de ces patients traités constitue un grand espoir pour développer la suite de cet essai clinique.

Retrouvez nos autres articles :

Comprendre les 4 phases d'un essai clinique ?

Comprendre les essais cliniques Alzheimer

Le développement d’un nouveau médicament doit nécessairement être testé chez l’homme avant d’envisager une quelconque commercialisation. L’essai clinique est donc primordial. Il se déroule en quatre phases qui vont contribuer à mettre au point un traitement efficace et sûr.

Comment se déroule un essai clinique médicamenteux?

Explications du déroulement des essais cliniques sur la maladie d'Alzheimer

Un essai clinique est composé de 4 phases. Après la phase 1, servant à tester la sécurité du traitement, la phase 2 permet d’utiliser la dose la plus adaptée et de tester l’efficacité du traitement sur une centaines de personnes.

Je souhaite recevoir de l’information sur la maladie d’Alzheimer :